Lorsqu’on regarde la Jordanie sur une carte on se dit Waouh … Un pays qui a des « sacrés » voisins !!!

Son territoire est entouré à l’ouest par la Palestine et Israël, le long du Jourdain et de la mer Morte, au sud par l’Arabie saoudite, juste en dessous l’Egypte, et à l’est par l’Irak et au nord par la Syrie

« Coincé entre deux mers, l’une Rouge et l’autre Morte, la Jordanie est un petit pays aux trois quarts envahi par le désert et longtemps peuplé exclusivement de nomades, une charnière entre le monde méditerranéen et l’Orient, où se succédèrent de nombreuses civilisations.
Elles y ont laissé de splendides vestiges, parmi les plus importants du Moyen-Orient : la ville romaine de Jerash, des forteresses croisées, les châteaux omeyyades du désert et, bien sûr, la merveilleuse Pétra, cité creusée dans la roche par les Nabatéens.
La Jordanie est avant tout le pays des couleurs : la mer Rouge, Pétra la Rose, Amman la Blanche, sans oublier l’orange, le jaune et l’or du désert… En cours de route, la mer Morte mettra du sel dans votre voyage et les wadis (« vallées ») vous offriront des perspectives à couper le souffle !
La Jordanie offre aussi un bel itinéraire sur les traces de Lawrence d’Arabie, du port d’Aqaba à l’oasis d’Azraq en passant par l’étonnant Wadi Rum.

N’oublions pas les Jordaniens, peuple formidable qui réserve à tous les voyageurs un accueil chaleureux. Le royaume hachémite reçoit chaque visiteur comme un hôte de marque. Avec un peu de chance, ils vous inviteront à boire le thé ou le café à la cardamome, accompagné de formules de bienvenue à n’en plus finir. Toute la magie de l’Orient ».

Je vous propose un itinéraire qui va nous conduire vers les incontournables : les châteaux du désert, la cité romaine de JERASH, la Mer Morte, le joyau, la mythique l’immense PETRA et le désert du WADI RUM.

Des sites d’exception.

Les châteaux du désert

Au beau milieu du désert de rocaille, un chapelet de petits palais arabes parsème le paysage. Ils n’avaient pas vocation à servir de résidence au 8e siècle. C’était avant tout un lieu de détente, après les parties de chasse des califes omeyyades de Damas. Qasr al Azraq, Qasr-Amra et Qasr-Kharana.

On commence à aller sur les traces de Lawrence d’Arabie. Qui séjourna en particulier dans la forteresse de Qasr al Azraq. On le retrouvera évidemment un peu partout et en particulier dans le désert du Wadi Rum.

En effet, ce pays qui ne s’appelait pas encore la Jordanie fut le principal théâtre de ses exploits. Lawrence d’Arabie à la fois excentrique et visionnaire, souvent nommé le dernier des grands conquérants, était un homme singulier qui voulut façonner l’histoire selon son rêve.

« Tous les hommes rêvent, mais pas de la même façon. Ceux qui rêvent de nuit, dans les replis poussiéreux de leur esprit, s’éveillent le jour et découvrent que leur rêve n’était que vanité. Mais ceux qui rêvent de jour sont dangereux, car ils sont susceptibles, les yeux ouverts, de mettre en œuvre leur rêve afin de pouvoir le réaliser. C’est ce que je fis. » T.E. Lawrence.

Dans le désert on trouve aussi des forteresses des temps modernes : des camps de réfugiés syriens. Impressionnant !

 Le site archéologique de Jerash 

A une cinquantaine de kilomètres de Amman, près de la ville moderne de Jerash se dressent les ruines de l’ancienne cité romaine Gerasa.

Des vestiges de ruines antiques datant de 6500 ans, des théâtres aux murs de scènes corinthiens, des avenues pavées de colonnades, des fontaines monumentales, des arcs de triomphes massifs…

Jerash et son ensemble archéologique parmi les plus éblouissants d’Orient

Elle fut dissimulée sous le sable pendant plusieurs siècles avant d’être excavée dans les années 1806, ce qui lui vaut l’état de conservation exceptionnel de ses ruines. Si la magie opère dès le premier regard ; une déambulation à travers la place ovale du forum, l’esplanade sacrée, le cardo maximus, les halles antiques, le temple d’Artémis et ses deux théâtres fera le reste. 

Le Mont Nebo

A 12,5 km de Madabaet à 840 m d’altitude, le mont Nébo offre une vue magnifique sur la mer Morte, le Jourdain, l’oasis de Jéricho et les monts de Judée. Sur le site, une table d’orientation permet de s’y retrouver. C’est au mont Nébo que Moïse serait mort après avoir pu contempler la Terre promise.

La mer Morte

A l’ouest de la Jordanie, on ne présente plus la mer Morte et ses eaux dix fois plus salées que n’importe quelle autre mer, ou plutôt dix fois moins concentrée en eau… 

Résultat on flotte comme un bouchon… Rigolo !!!

La mer Morte est située dans une région au climat tropical et près de 1 m d’eau en disparaît tous les ans. Le site est même en danger de disparition, les scientifiques prévoient sa fin pour 2050 si rien n’est fait pour le sauver. 

Pétra (Wadi Musa) 

Nul ne sait précisément quand Petra a été construite.

Elle a commencé à prospérer comme la capitale de Nabatéens, au 1ersiècle av J-C grâce à son emplacement géographique, au cœur des Montagnes de Shara, situé sur les routes caravanières du commerce de la soie, notamment utilisées pour l’encens, la myrrhe et les épices.

Pétra (« pierre », en grec) est l’un des plus beaux sites archéologiques du Proche-Orient, encore habité Les communautés bédouines. Ses longs canyons, falaises et belvédères, ses grès colorés et ses vastes tombeaux nabatéens, creusés et sculptés dans la roche, en font un lieu magique.

L’une des plus grandes merveilles jamais érigées par l’Homme et la Nature, Pétra est un véritable joyau, l’une des merveilles du monde… un site antique extraordinaire.

Avec l’architecture éblouissante que sont les façades des tombes rupestres creusées dans les falaises entourant le site. Probablement des sépultures royales… 

Un éblouissement sur un site où ont été recensés plus de 600 tombeaux aux façades monumentales Et sur les 80 km2 que couvre le site, seuls 10 à 15% des monuments ont été mis à jour. L’essentiel est encore enterré sous le sable… 

Je vous assure que ce qui est à jour promet beaucoup de marche en perspective.

Après l’entrée, première rencontre : Bab Al Siq qui est la dénomination arabe pour « Porte du Siq ». Tombeau aux obélisques et du Triclinium 

Le Sîq est la voie d’accès à la ville de Pétra, cachée dans les montagnes. Une arche, dont on devine encore les extrémités et les niches, ouvrait l’accès au Sîq proprement dit, faille longue de 1,2 km, profonde d’une centaine de mètres et large par endroits de 3 m seulement et de 16 au maximum. Il fut creusé par la rivière mais les Nabatéens ont dû en détourner le cours en perçant un tunnel pour pouvoir emprunter cette gorge, voie stratégique facile à défendre.

L’arrivée au Khazneh (Le trésor du Pharaon) est un moment de grâce devant l’apparition de ce monument majestueux … Séquence émotion…

Une pensée évidemment pour Tintin dans « Coke en stock » ou Indiana Jones dans « La dernière croisade ».

A partir de là l’espace s’élargit. 

Et l’on découvre partout taillés dans la montagne de nombreux tombeaux ainsi que le théâtre. Le cours du wadi Mousa change d’orientation pour se diriger vers le nord sur quelques centaines de mètres, avant de reprendre son trajet sur un axe est-ouest, là où se trouve le centre de Pétra, avec ses principaux ensembles monumentaux.

Construit au ier siècle, un théâtre romain taillé dans la roche pouvait accueillir de 3 000 à 8 500 personnes, selon les sources

Un peu plus loin dans l’allée des colonnades, les ruines du Grand temple. Moins impressionnant

Toutefois les travaux d’excavation commencés en 1993 sont loin d’être terminés, et les ruines laissent deviner un lieu de grande importance. Les fouilles qui continuent en apprendront plus.

Nous continuons l’exploration avec la montée vers le monastère « Le Deir » (de l’arabe al-Deir, « le monastère ») qui est l’un des bâtiments les plus connus et le plus grand de la cité antique de Pétra. Sa façade mesure 45 m de large sur 42 m de haut.

 800 marches ! Aïe !!! Ça se mérite !!!

En redescendant on se retrouve face aux tombeaux royaux.

Impressionnants ces gigantesques tombeaux troglodytiques et monumentaux, alignés à flanc de montagne et taillés dans le djebel Khubtha.

Les roches colorées de Petra. Ces grés de roches déchiquetées, façonnés par le vent et le sable, donnent au site son extraordinaire palette de couleurs qui s’étend du jaune au violet passant par les oranges, roses, rouges, jaunes, verts et bleus. Ces fantastiques couleurs sont dues aux oxydes métalliques contenus dans les grés. Oxydes de fer pour les rouges ou jaunes (comme dans le désert du Wadi Rum), oxydes de cuivre pour les verts et bleus, oxydes de zinc pour les blancs et sulfures pour les jaunes, de manganèse pour le noir…

Des tableaux fascinants qui ornent aussi bien l’extérieur que l’intérieur les cavités, galeries et anciens tombeaux.          

Hallucinantes palettes de couleurs… NATURELLES !!!

Tellement différentes en fonction de l’intensité de la lumière, de l’orientation et du moment de la journée…

Le désert du Wadi Rum

À l’extrême sud de la Jordanie, le désert de Wadi Rum est l’un des endroits les plus envoûtants de la planète. S’étendant sur 70 kilomètres, ses dunes variant du rouge à l’orange sont bordées de sommets de granit culminant à 1 850 mètres. Sculpté par l’eau et le vent, ce labyrinthe de monolithes est le résultat spectaculaire de trente millions d’années d’érosion. 

Cette zone de la Jordanie est peuplée depuis plus de 10 000 ans. Plus de 20 000 pétroglyphes dispersés dans le désert du Wadi Rum témoignent de cette occupation humaine depuis des milliers d’années.

Le Wadi Rum est le royaume des bédouins, ces seigneurs du désert. Ce peuple semi-nomade y perpétue son traditionnel sens de l’accueil, ajoutant au sublime du lieu une touche d’humanité. C’est dans le sable du Wadi Rum qu’un héros mythique, Lawrence d’Arabie, imprima son épopée. Et c’est près du Wadi Rum que fut bâtie Pétra, cette ville de légende.

Tout ici n’est que majesté et beauté. Mais une beauté qui change avec les heures et le soleil. Un envoutement.

On a le sentiment d’être sur une autre planète.

On commence par le fameux rocher des « sept piliers de la sagesse » qui est l’emblème de Wadi Rum, du nom du livre autobiographique de Lawrence d’Arabie.

Et la magie opère… le désert s’ouvre à nous…

The Camel Story

Voilà… C’est tout pour aujourd’hui…

J’espère que cela vous a donné envie d’y aller…

Car un voyage en Jordanie reste une expérience inoubliable!